Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

370 HlSTOlRE

char, en difant : il n'y a plus de dignité; oü eft donc la vieille cour , oü Pon repréfentoit fi bien ? Vint une de ces jolies ducheffes qui ont tant d'efprit & de fi beaux yeux, & qui, dans leur journée , font tant d'affaires •, affaires d'argent, affaires d'amour, affaires de familie, affaires d'ambition, affaires de proteclion, placemenr, & déplacement de miniftres, de généraux, &c. Titi la reent gracieufemenr. Que demandez - vous? en quoi ferai-je affez heureux pour vous obliger ? Pour cette fois, c'eft de 1'argent, Sire, on a rant de peine a fe foutenir en cour. En voiia, dit le roi, & vite il fouilla dans le fac : le fac ne grofliffoit point , Titi en fut étonné. La ducheffe avoit réellement des befoins qui avoit été occafionnés par des dépenfes exceffives & déplacées: les rois ne doivent point gratifier ceux qui fe ruinent ; mais comme la duchelfe n'avoit que ces torts de 1'étourderie , qui ne permettent pas de fuivre de 1'oeil 1'emploi des revenus, & qui ont leur excufe , Titi voyoit avec plaifir que les facs, quoique peu fournis , le mettoient en érat de contenter la ducheffe. II enfoncoit fa main avec plaifir dans les facs myftérieux , mais il avoit une peine infinie a trouver 1'argent nécefiaire, & il ne la retiroit qua petite poignée. On ne déconcerte pas facilement les dames de cour. La ducheffe, en recevant, difoit a demi-voix , voila

Sluiten