Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

B R E T O N » E S.' 41

toute 1'ile, pendant le féjour qu'elle y fit. Enfuite ayant accepté ma main , pour la remettre dans le même efquif que vous voyei, elle fit prendre la route de fon palais , qui eft k une lieue d'ici, en terre ferme. La princeffe y avoit tout laiffe tranquille en partant, mais elle y trouva bien du défordre k fon retour. Le roi Brutalin, dont les états étoient contigus a ceux de Viperlne & qui depuis long-tems avoit envie de les joindre aux fiens, profitant de Pabfence de la reine, s'en étoit brufquement emparé , & en avoit chaffé tous fes fidèles ferviteurs ; elle apprit avec douleur une auffi trifte nouvelle. Que vaisje devenir prince , me dit-elle les yeux baignés de larmes ? & comment pourrai je furvivre a la perte de mon royaume qu'un infolent ufurpateur vient d'envahir , contre le droit des gens ? madame , répartis je avec des tranfports de fureur que je ne pouvois modérer, je vais vous remettre dans vos états, ou je périrai a la peine; & Ie cruel Brutalin paiera cher les pleurs qu'il vous fait verfer. Je partis alors fans perdre un feul moment; &m'étantpréfer.té devantBrutalin; vous venez, lui dis-je, de commettre une action trop indigne de votre rang, pour qu'elle demeure impunie, il eft encore tems de vous en repentir, en reftituant a la princeffe Vipérine les états dont vous vous êtss rendu le maiv

Sluiten