Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bretonnes, 43 armes dès qu'ils le virent mort, eri témoignèrent leur joie par des acc'amations redoublées; vive la princeffe Vipérine, s'écrièrent-ils, vive fon brave défenfeur; qu'il foit notre roi! qu'elle foit notre reine! &£ que leur poftérité commande un jour a nos defcendans!

Défavouerez-vous les vceux de ce peuple , m'écriai-je a Vipérine qui, ayant appris ma victoire, parut dans le moment; & les foibles marqués que je viens de vous donner de mon amour pourront-elles quelque chofe fur votre coeur ? oui, prince; j'accepte votre main, me dit-elle en me tendant la fienne ; jouiffez d'un bien, que vous vous êtes acquis par votre feule valeur; ce royaume vous appartient par droit de conquête légitime; vous y joignez encore celui de Brutalin, que fes fujets remettent a vos pieds: & cette offre m'eft trop avantageufe pour que mon cceur ne foit pas tout-a-fait d'intelligence avec les vceux de ce peuple, Je me jettai alors a fes genoux, que j'embraffai mille fois nialgré fa réfiftance. On fit venir fur-le-champ le fscrificateur. I'époufai la princeffe,parmi les applaudiffeanens de toute 1'armée ; & après avoir fait des largeffes aux foldats &z au peuple, nous alpines gouter les douceurs d'un amour tendre & pur, Mais, mon cher frere, vous n'avez vu juf-» qu'è préfent que des aventures agréables, je

Sluiten