Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

48 Les Soirees

quées de hiérogliphes qui m'étoient tout-a-faif inconnus. Je priai le philofophe de me les interpréter ; & ce grave vieillard, après les avoir examinées attentivement, m'affura qu'elles fignifioient que fous la colonne de la falie, qui étoit a cöté de mon cabinêt, devoit être un grand vafe de cryftal de roche, que la fée Kirille avoit autrefois donné a 1'un de mes prédécefTeurs qui 1'avoit caché en cet endroit. Je fis fouiller fous la colonne pendant que Pythagore m'attendoit dans le cabinet. J'y trouvai efFecfivement le vafe rempli de richeffes immenfes, & parmi lefquelles il y a deux pièces que j'eftime plus que tout mon royaume; 1'une eft une petite figure d'argent, que l'on nomme la flatue de Verité; & 1'autre une bague dans laquelle eft enchaffée une agathe onix, par le moyen defquels on découvre sürement le menfonge &c la flatterie. Voici le rare effet de ces deux pièces fi extraordinaires. Je fais pofer la ftatue fur une table, vis-a-vis de celui qui veut être inftruit de quelque cbofe de douteux; & tournant la bague au-dedans de la main, l'on in-* terroge la perfonne dont on fe défie; s'il déguife la vérité, la figure treffaille, & fe met a rire ; & s'il parle conformément a ce qu'il penfe, elle ne change point d'état. Cette flatue fut faite par lemême nécromancien, qui conf-

truifit

Sluiten