Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

6ci L. e s Soirees donneroit le tems d'exécuter nos deffelns;

Ce perfidè-favori ayant alors étouffé 1'oifon , & s etant difpofé , comme je le lui avois enfeigne , fit entrer fon ame dans le corps de Cette fptte bete qui en fut fur le champ animée, & fe promena par la chambre. Et la reine s'étant nufe auffi. tót entre ce ftupide animal. & le corps qui étoit érendu fur une efpèce de fopha; je m'elancai promptement deffus , & par la' vertu d'expiration & d'infpiration, j'y £s entrer mon ame, qui en avoit été fi cruellement féparée , & je me levai-defius mes pieds. Le traitre Fourbadin fut bien étonné a cette vue, & fe repentant trop tard de la complaifance fatale qu'il venoit d'avoir, chercha k s'envoler pour fuir Ie jufle chatiment qu'il méritoit ; mais la reine avoit trop bien pris fes mefures ; tout etoit clos, il ne put éviter la vengeance de cette aimable princeffe. Impofteur, lui dit-elle, * eft tems Vie *a perfidie re9oive fa peine Alors ayant fait prendre 1'oifon , elle le fit mvt. tiler par tous les membres , & ordonna qu'il fut enfuite jeté dans une chaudière d'huiie bouillante , oü il fut confumé fur le champ Ainfi pént dans des tourmens encore trop doux, ce monftre de trahifon & d'ingratitude.

Jerépondis, comme vous pouvez croire , avec une extréme tendreffe, k tout 1'amour que'

Sluiten