Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

$6 Les Soirees & Brigandor. II lui avoit plufieurs fois flmpofé filence; mais ce prince , fans trop s'écarter da refpett qu'il lui devoit, n'avoit pas la force de diffimuler fes fentimens. Cela faifoit que Parlepeu, quoique fon cadet, mais d'une humeur bien oppofée a celle de fon frère , étoit plus aimé de Brigandor ; &C même, que fon père lui deftinoit hautement fon royaume & la princeffe Bienfaifante, a i'exclufion de Franchot. Ce dernier n'étoit pas infenfible a la gloire ; les fentimens qu'il voyoit que fon père avoit pour Parlepeu, le firent s'expliquer un peu trop haut; & Parlepeu voulant s'en venger , & fe débarraffer en même tems d'un doublé rival , ne balanca point a chercher les moyens de fe défaire de fon frère. II n'en trouva point de plus fur , que de lui faire donner un poifbn lent. Et ce prince étant auffi - tot tombé en langueur , fa maladie augmenta infenfiblement a tel point, que l'on appréhenda pour fes jours.

La princeffe Bienfaifante, au défefpoir de voit fon amant en cet état, ne Ie quittoit pas un feul moment ; les médecins épuiferent leurs fciences, Üs ne connoiffoient rien a cette maladie qu'ils traitoient de phtyfie ; tous leurs remèdes n'opérerent point la guérifon du prince: cette malheureufe Yitlime de la jaloufie n'a:

Sluiten