Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

9<S Les S o'i r 1 é s je courus fur le bord de la mer, oii je le trouval qui m'attendoit avee impatienee; il penfa mourir de plaifir quand je lui eus appris 1'heureux fuccès de mon voyagejil m'embraffa mille fois, & alla fur le champ jurer une paix éternelle au roi de 1'ifle des Flammes. Ces deux monarques fe donnèrent en ma préfence des preuves d'une réconeiliation fincère , & me comblèrent de careffes j il ne manquoit plus que la préfence de la reine des Salamandres pour que la joie fut complette : on fe difpofoit a lui envoyer un courier f lorfqu'on la vit paroïtre dans le char de Pandrague avee le petit prince Flamboyant; il eft impoffible d'exprimer quelle fut 1'allegreffe des peuples aux nouvelles de la paix & du mariage de leur prince. Ils la témoignèrent par des feux de joie, des illurriinations magnifiques, & des réjeuiffances que 1'onrenouvella tous les jours pendant plus d'un mois. Enfuite le roi des Salamandres & fon époufe , étant retournés dans leurs états, je les y accompagnai ; mais ne pouvant m'accoutumer dans des elimats fi glacés, j'en partis comblé de leurs bienfaits , &C n'oubliai point d'emporter avec moi 1'habit dont le fage Famagongoma m'avoit fait préfent, qui eft le même dont vous me voyez revêtu.

J'étois déja forti du pays des Salamandres, & entré fur d'autres terres qui m'étoient

inconnues f

Sluiten