Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

104 Les Soirees cette payfanne, que tu n'exécuteras ce que tü projefte. Une réponfe auffi conforme a ce que j'avois dans 1'èfprit m'étonna; mais ma joie devint bientöt extréme, en voyant que cette même payfanne quittoit une forme auffi abjecte, pour prendre celle de la fée Pandrague. Je me profternai promptement èfes pieds. Illuftre fée, m'écriai-je, votre feule attention eft a fecourir les malheureux; je vois bien par ce que vous .venez de me dire, que fans votre proteftion , il nous feroit impoffible d'éviter le redoutable Mangafuriel. J'implore donc votre puiffance, perfuadé que vous ne vous êtes tranfportée dans ces lieux, que pour nous délivrer des mains de ce géant que j'aurois déja été combattre, fans Ia réfiftance de la princeffe Toujoursbelle. Oui, me dit Pandrague, je viens a votre fecours ; il n'eft pas jufte que 1'aimable fille du roi Jamaisvu, foit la proie d'un auffi vilain monftre. Vous 1'épouferez , prince , mais votre bonheur n'eft pas encore fi proche; l'on vous comptera, & vous ferez effetlivement . au nombre des morts, avant que vous poffédiez cette charmante princeffe. II ne m'eft pas pas permis de vous en dire davantage; foumettez-vous aux ordres du deftin , dont les volontésfont irrévecables. Soyez conftant, craignez &€ révérez les Dieux , fans murmurer contre

Sluiten