Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

S I N C E R'J i8y

ïl ne marchoit point, mais il fautoit avec une legereté merveilleufe, Sc faifant plufieurs petits fauts, il arri voit promptement oü il avoit en vie d'aller. Aigremine , revenue de la peur que ce petit monfhe lui avoit caufée, fe rapprocha de lui, Sc d'un ton plein d'aigreur, lui demanda qui il étoit, & qui pouvoit l'avoir rendu affez hardi pour s'oppofer a ce qu'elle avoit envie de faire. Je fuis un roi puiffant, lui dit-il, je me nomme Sincer ; des raifons que je ne puis vous dire m eloignent de mes états, Sc me font paffer mes jours dans le fond d'un rocher qui n'eft pas loin d'ici. Je vous ai vue plufieurs fois dans ces beaux lieux, j'ai remarqué les injuftes procédés que vous avez eus fouvent avec la princeffe votre fceur, & je viens encore d'être témoin de la violence que vous lui vouliez faire , en lui arrachant un diamant qui doit lui appartenir. L'amour que j'ai pour la juftice, joint a un mouvement que je n'ofe déclarer, m'ont engagé k prendre fon parti, & a vous empêcher de lui faire cette violence. La princeffe écouta ce difcours avec une impatience extréme; elle diffimula cependant fa colère , paree qu'elle fit réflexion que celui qui lui parloit ne pouvoit être égalé en laideur par qui que ce fut au monde,& qu'elle ne devoit par conféquent rien négliger pour lui plaire, puifqu'il étoit écrit qu'elle ne

Sluiten