Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le Prtncï

auffi laid püt s'exprimer avec autant de grace! Tout ce qu'il lui difbit étoit prononcé d'un ton quiplut fi fort a la princeffe,qu'elle fouhaita plus d'une foisd'avoirun amant qui eüt autant d'efprit que cet infortuné. Enfin elle arriva dans le rocher; une moufle verte & fraiche le tap;ffoit,une lable faite d'un morceau de marbre blanc,que la nature feule avoit travaillée , un lit & quelques fièges de gazon étoient les uniques meubles qu'il renfermoit. Une fontaine d'cü forroit une eau claire & pure tomboit du baut de ce rocher , & formoit un petit ruiffeau , dont le bruit joint a celui que faifoient deux roffignols perchés fur un oranger chargé de fleurs & de fruits , parut plus charmant a la princeffe , que les plus beaux concerts qu'elle eüt jamais entendus. Après avoir fait 1'éloge de cette agréable retraite, elle entretint Sincer des raifons qui 1'avoient engagée è lui rendre vifite. Le prince charmé de 1'intérêt qu'elle prenoit a ce qui le regardoit, lui dit les chofes du monde les plus propres a lui marquer fa reconnoiffance ; il lui en échappa même quelques-unes qui faifoient connoitre que fon cceur étoit rempli de 1'amour le plus tendre. Aimée les entendit bien , mais elle feignit de ne pas deviner que c'étoit a elle qu'elles s'ar

Sluiten