Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le Prince une allee ou j'appergus une femme faite comme j'étois il y a un moment : je la regardai , &Z je ne pus m'empêcher de rire en la voyant tourner fur fa jambe comme un bilboquet. Elle s'en apper^ut, & fe mettant en colère, elle me demanda de quoi je riois; la politeffe m'empêcha de lui en faire 1'aveu ; mais enfin elle me preffa fi fort, que je convins de 1'effet que la fingularité de fa figure avoit fait en moi ; ma fincérité lui déplut , elle fronca le fourcil, elle fit trois ou quatre culbutes, après lefquelles elle me dit: pour te punir de ton infolence , je veux que tu deviennesfemblable a moi,rien ne pourra te rendre ton état naturel, a moins que tu ne trouver une jeune princeffe qui réuniffe 1'efprit, la bonté & la beauté , pour qui tu reffentes un violent amour, & a laquelle malgré ta diffortnité tu puiffes en infpirer affez pour obtenir 1'aveu de fa tendreffe. Tu pourras cependant reprendre ta forme naturelle une heure chaque jour, mais ce ne fera que dans un foüterrein qui fe trouve dans une forêt qui appartient au roi Devideur. Je veux encore qu'il ne te foit pas permis d'apprendre ton malheur a qui que ce foit au monde , que tu ne fois plus enchanté. J'écoutai ces menaces avec patience, je crus. qu'elles feroient fans effet ; mais quelle fut ma douleur .lorfqu'après que cette épouvaniable

Sluiten