Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C *8 )

avoir facisfaic aax jufte* demandes de Ia Compagnie. J'expliquerai ci - après eet article éfientiel. Les Colons déja arrivés & ceux qui les fuivirent dans les premières années de la Colonie naiflante, n'avaient pas les avances néceflaires pour faire valoir leur fonds de terre; la Compagnie fit pour eux, ce que tous les Souverains ont toujours fait, c'eft-a-dire, qu'elle avanca au Colons tout ce dont ils eurent befoin dans les trois premières années de rEtabliflTement: outils de 1'abourage, beftieaux, femences, plantes , animaux domeftiques relatifs au ménage, vivres pour fubfifter &c. Les Colons s'engagerent de leur coté a rembourfer, avec des denrées, toutes les avances faites, dans des tems oü ils pourraient le faire commodement & a petits payements. Ce point fut fidellement rempli par les Colons, puisque, malgré la fomme exorbitante, de 46,000,000. de florins que la Compagnie a dépenfé en divers tems, pour mettre la Colonie dans 1'état oü elle eft aujourd'hui (ö), & dont une trés-grande partie eft en

avan-

(a) l'Absé Rayha h T. I. p. 198. Hist. pol. &c.<ks 'ifeax Indes.

Sluiten