Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C H4 )

on a befoin de le ménager & de lui permettre un commerce de fes denrées avec les étrangers amis du Gouvernement & del'Etat.

Qu'eft-il arrivé de cette oppreflion dans la quelle, le petit bourgeois de la Ville du Cap & le Colon du plat pays vivent fous un Gouvernement qui de jour en jour devient plus intollérable ? Le voici, le malheur n'efl: pas équivoque. La Colonie du Cap s'eft dépeuplée par 1'émigration d'un nombre confidérable de pauvres habitans qui ont pris le parti d'en fortir, paree qu'ils ne pouvaient pas y vivre; te nombre des maifons aétuellement inhabitées au Cap prouve cette trifte vérité. D'autres habitans de la ville ont pris le parti de s'aflbcier enfemble & de prendre une feule maifon 'pour fervir de demeure a plufieures families qui y vivent miferablement enfemble, fous le même toit. Pourquoi? Paree que tout efpèce de trafiq avec les étrangers étant abfolument deffendu dans toute 1'etendue de 1'Etabliffement , paree que le petit commerce intérieur étant furchargé de tant de reftriclions, & que la Compagnie ayant jugé a propos d'en affer'mer le privilége exclufif a quelque peu d'habitans favorifés, il fuit de la,que toute refourcede gagner fa

vie

Sluiten