Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 232 )

avait le plus grand fujet, & elle perfide a demander k la Compagnie, qu'elle prenne les moyens les plus éfficaces, affin que les bourgeois & les Colons jouiftènt en tout tems , foit en paix, foit en guerre, de leur liberté civile, des avantages de leur Conftitution , de la liberté d'un commerce permis & légitime , de la libre difpofition des fruits de leurs travaux, après avoir fatisfait a leurs engagements vis-avis de la Compagnie , en un mot d'une parfaite fureté dans leurs rcaifons , tant qu'ils fe comporteront en honnétes gens, & fur tout, de ne pouvoir étre envoyés en qualité de foldats, ou de naatelots.au fervice de la Compagnie, dans aucun cas poffible ni pour qu'elle caufe que fe puiffè être de ne pouvoir être condamnés a des peines pécuniaires, ou affliélives & infamantes, fans avoir écé juridiquement ouis, convaincus & condamnés par la haute-Chambre-de-Juftice, au Cap, ou par le Tribunal aureffort duquel 1'affaire doit étre portee felon la conftitution de la Colonie. Voila ce qu'ils ont ceroandé , & voila ce qu'ils demandent encore. Peut-on le leur refufer fans injuftice! 1 Mr. le Fifcal craint, quelaruine de ia Colonie aura

avec

Sluiten