Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

SERMON XI. La Vifion &c. 263 peur 8? dit; que ce lieu -cl ejlépouvantaolel C ejl-ici la maijon de Dieu , 6? CW" ai la porte des Cieux. Gen es. Cn. XXVIII. vs. 10-17.

ONZIEME SERMON.

r 'Eternel ejl ma lumiere 6? ma délivranL, ce, de qui aurai-je peur? L Eternel1 efl la force de ma -vie, de qui aurai-je fraveur? Ce font les beaux fentimens, que iWexprime auPf XXV1L Cefainthomme, expofé a de crueUes traverfes, ppriecuté par des ennemis implacables, ne perd point courage, «Sc fe raiïure par 1'idee de la Sotedion de Dieu, fur laquelle ü eft en Sroit de compter. 11 éprouya auffi, que ce n'eft pas en-vain que Ton s'attend a 1 Eternel, & qu'il eft ld retraite fef lafortetejfe de ceux , qui fe logent a Pombre du Toutpui/Tant. Mes Freres, c'a toujours etc-la la rXrce des Fideles; jamais Dieu ne leur a manqué au befoin ; "VrS donné des preuves hgnalees de linteret, S prenoit k leur fort, & de fes tendres ?oinsPfur eux. C'eft ce dont nous avons furtout un exemple remarquable dans cette partie de 1'Hiftoire de Jacob, que nous avons choifie pour faire le fujet de nos reflexions. Nous'y vofons le Patnarche, dan* des circonftances facheufes, k qui Ueu le R 4-

Exordt. f. XXVII. 1.

Pf. XCE 1.

a.,

SC é

Sluiten