Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Pr. xxxix. 6

pr.

XXXIV.

Job. XII. 6.

Pf.

XXVI, 6.

108 SERMON

il ne s'accorderoit ni avec la bonté de Dieu, ni même avec fa fagejfe & fa justice, de leur infliger de fi rudes calamités. En effet la fituation dans laquelle Job étoit réduit, étoit une des plus terribles qu'on puifie fe figurer ici-bas. Non feulement il fe voyoit privé de toutes fes richejfes, & de 1'inexprimable plaifir de les employer au foulagement de fes prochains: fa fanté même, le plus grand bien de la vie , lui étoit ötée par une maladie douloureufe qui le privoit de 1'ufage de fes membres; & il avoit perdu par un même coup tous fes enfans, perte irréparable s'il n'y a point d'autre vie après celle-ci. Une telle complication de maux pourroit elle tomber fur un jufte, & fur un jufte tel que Job , fi 1'existence des hommes étoit renfermée dans les courtes limites d'une vie réduite a la mefure de quatre doigts ? Non , M. F. Puifque le jufte peut avoir des maux en grand nombre , tandis que les tentes des volcurs profperent, & que ceux qui irritent Dieu font en ajfurance; puifque ceux qui lavent leurs mains dans ïinnocence peuvent

tom-

Sluiten