Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s;a SERMON fur la Prédication de

Luc. XVII. 27.

faifoit effeétivement un feul corps de peuple avec l'ancien Amalek, paree qu'il en étoit defcendu. Dans mon texte , la chofe eft bien différente. Les Gentils du tems des Apotres, étoient la poftérité de Noé; & non pas la poftérité de fes contemporains , qui périrent tous par le dêluge. Ceux-ci ne peuvent donc pas être confidérés comme faifant un feul corps de peuple avec ceux - la: & 1'Apötre , en fpécifiant ceux qui ont été rebelles du tems de Noé, parle d'un peuple tout différent de ceux, a qui le Sauveur a fait annoncer fon Evangile depuis fon exaltation.

III. Toutes ces confidérations me font pancher vers un troifieme fentiment. C'eft „ que Si, Pierre a voulu nous „ apprendre, que Jesus -Christ apréchê „ aux hommes qui vivoient du tems de ,, Noé; & qui, pour n'en avoir pas „ profité, pour avoir méprifé la patience „ de Dieu, ont été jettés dans la prifon , „ c'eft-a-dire,dans TEnfer; oüils étoient, ,, non pas quand le Sauveur leurprêcha» „ mais quand 1'Apötre écrivoit fon Epi-

„ tre."

Sluiten