Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 4 )

Fort avant dans les fccrets de Ia nature, On n'a befoin que d'un peu de bon fens

!)our juger que Dieu n'eft ni colere ni jaoux; que la juftice 6c la miféricordefont de faux titres qu'on lui attribue; 8c que ce que les Prophêtes 8c les Apótrcs en ontdit, ne nous apprend ni fa nature ni fon effence.

En effet a parler fans fard 8c a dire la ebofe comme elle eft, ne faut-il pas eonvenir que ces Dofteurs n'étoient ni plus habiles ni mieux inftruits que le refte des hommes j que bien loin de la, ce qu'ils difent au fujet de Dieu eft fi grofïïer, qu'il faut être tout-a-fait peuple pour le croire? Quoique la chofe foit afTez évidente d'elle-même, nous allons la rendre encore plus fenfïble, en cxaminant cette queftion : S11 y a quelque apparence que les Prophêtes 8c les Apötres ayent été autrement conformés que les autres hommes?

§• r-

Tout le monde demeure d'accord que pour la naiffance 8c les fonctions ordinaires de la vie, ils n'avoient rien qui les diftinguat du refte des hommes; ils étoient engendrés par des hommes,ils naiffoient des femmes, & ils conlervoient

Sluiten