Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(33)

§. p-

■ Les ambiticux qui ont toujours été de grands raaitres dans Part' dé tfomper, ont hiivi cette route lor-fqu'ils donnerent des loix j 8c pour obliger le peuple de fe foumettre volontairement , ils lui rut fuadé qu'ils les avoient Kgues d'un Dieu ou d'une DéefTe.

Quoi qu'il en foit dc cette multitudc de Divinités, ceux chez qui' eüès ont été adorées, 8c qu'on nomoM /', , r. n'avoient point de fyftême généiul Cc Religion. Chaque Républiquc , cha |ue Etat, chaque Ville 8c chaque p rticulii c avoit fes rites propres & penfoit de la Divinité a. fa fantaifie. Mais il s'eit élevé par la fuite des légiflateurs plus fourbes que les premiers, qui ont employé des moyens plus étudiés 8c plus furs en donnant des loix, des cultes , des cérémonies propres a nourrir le fanatifrhe qu'ils vouloient établir. .

^Parmi un grand nombre, 1'Afie en'a vü naitre trois qüi fe font diftingués, tant par les loix 8c les cultes qu'ils ont inftitués, que par 1'idée qu'ils ont donnée de la Divinité, 8c par la maniere dont ils s'y font pris pour faire recevoir cette idéé & rendre leurs loix facrées. Moyfe fut C

Sluiten