Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

8ó* Ejfai fur les facultés

cue les organes de leurs fens font encore trop foibles pour recevoir des impreffions affezsüies de la part des objets de leurs appétits ou de leur crainte, pour ne pas fe tromper; c'eft comme un jeune chien qui prend plus fouvent le change fur Ia voie du gibier qu'un chien adulre, paree que dans celui-ci, I'orgahe de l'odorat ayant acquis toute fa perfeclion par l'age& I'habitude, il eft plus en état de diftinguer & de fuivre invariablement la tracé de 1'animal qui fuit.

« Le loup adulte, continue notrephy» ficién, vit dans les alternatives de la » chaffe pendant la nuit, & d'un fom» rneil inqüiet & léger pendant le jour: » telle eft fa vie parement naturelle ; 33 m:iis ( ans !« lieux oü fes befoins fe » trouvent en concurrence avec les de* f,rs de l'homme, la néceffité d'éviter » les pièges qu'on lui tend , & de pour» voira fa süreté, le contraint d'étendre » fes idéés a un bien plus grand nom» bre d'objets; famarche, naturellement

Sluiten