is toegevoegd aan uw favorieten.

Petron 39 und die Astrologie

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

allein Héguin de Guerle und Ernout, die darauf hinweisen, daB solche „Sternschüsseln" doch schon friiher bei Gastmahlern vorgekommen zu sein scheinen.

„Cette machine, qui avait la forme d'un globe, et qui contenait les douze signes du zodiaque, était sans doute une chose singulière, mais non pas nouvelle. Alexis de Thurium, poète comique, plus ancien que Ménandre, decrit ainsi, au rapport de Suidas, une machine ou un surtout de table a peu prés semblable. „Après qu'on nous eut donné a laver, ou dressa une table sur laquelle on servit, non du fromage, des olives, des ragouts et d'autres mets ordinaires, mais un bassin magnifique qui représentait la moitié du ciel, et dans les divers comportiments duquel on avait enchassé tout ce que le firmament offre de plus beau: des poissons, des chevreux, des écrivisses et tous les signes du zodiaque. Enfin nous portames les mains sur ces astres, et nous ne quittames le ciel qu'après 1'avoir percé comme un crible." (Athénée. Liv. II Chap. 18). D'après ce passage du poète grec on voit, que 1'invention de ce globe n'était point due a 1'imaginative du maitre d'hotel de Trimalchion, mais que c'était une nouveauté renouvelée des Grecs" 1).

Die Feststellung dieser Tatsache ist zunachst von Wichtigkeit bei der Untersuchung nach Petronius Ursprünglichkeit.

Doch was uns am meisten interessiert, ist, daB diese Stelle von Athenaeus auf einmal wieder ein deutliches Licht wirft auf die Popularitat der Astrologie, welche so in allen Einze 1heiten des hauslichen Lebens durchgedrungen war.

*) M. Héguin de Guerle. Oeuvres complètes de P. 1861 p. 287.

Der Griechische Tekst bei Athen. Deipnosoph. II, 18, lautet:

ÏXa&ov ylvó(i.Evo? ou tó 7cpay[j.' rjpouXeTO xocra xelp°s £8ó$>7). t))v Tpa7te£av 9jxe èyuv è<p' ÈTzéxeiro oü Tupó?, oüS' èXaüv ysvYj,

oö Sè rrapéxou<jal xvtaaav t)(aïv 7rXetova.

IIapo<Jjt8e<; xal Xyjpö? aXXa nocperéOrj (j-eor^xvoc, (St^ouaa tSv <bpóW Xokou;

t£> toü itóXou toü 7ravTÓi; ^(jttaipatpiov.

ónravT' èvijv Taxeï èv TauTy) xaXa.

ïpitpol.' SlÉTpe/e toutwv CTXOpTTLO?.

ürcétpatvev cóóv T)|x[t0fj.0v toui; aaxépai;.

è7tcpaXo(XEV xaq xe'pas- — — — — —

— — — — — to népat; oóx avrjx'

t)]v XoTtdS' èpuTTtov aTtoSéSsL/a xócrxivov.