Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

§ 237.

442

France.

Porto, n°. i (162) : „Considérant qu'il est de principe constant et non contesté que toute cargaison naviguant sous pavillon ennemi est présumée ennemie jusqu'a preuve contraire ; qu'il appartient donc k la Société francaise de pyrites de Huelva de justifier qu'elle n'avait pas cessé d'être propriétaire de la cargaison du (vapem allemand) Porto, comme elle le soutient, au moment de la saisie de ce batiment,"

Eir, n°. 2 (339), confirmant Eir, n°. 1 (86):

„Considérant qu'aux termes mêmes de 1'extrait du livre des comptescourants de la „Dordtsche Bank" produit par la requérante, c'est seulement a la date du 25 septembre 1914 que le sieur F., dont ladite société est 1'ayant cause, a été crédité du montant de la valeur des marchandises représentées par le connaissement No. 7 ; que si eet article du compte a été passé dans les écritmes avec 1'indication de valeur au 12 aoüt, la mention de cette dernière date ne suffit pas a établir que la banque requérante fut devenue dès ce moment propriétaire du lot de marchandises, dont il s'agit; qu'ainsi la transmission de propriété dont elle se prévaut n'ayant pas été réalisée d'une f acon certaine a une époque antérieure a la capture du navire Em et de son chargement (opérée le 3 septembre 1914), c'est a bon droit que . . . . le Conseil des prises a refusé d'accorder a ladite Société la restitution de la valeur des 2000 pouds de pois en litige."

Dans le même sens: Boeroe, n°. i (886) et autres.

Grande-Bretagne.

Australia(303), décision de la „Ceylon Court of Admiralty, in prize": „The first point that has to be decided is the question whether the burden of proof rests on the (claimants) or on the Crown. The answer to this question must in my opinion be that the onus probandi lies upon the f ormer. I should have come to this conclusion, apart from authority, on the ground that the condemnation of the ss. Australia as good and lawful prize attached a prima facie enemy character to her cargo. But this view is, I think, supported by the ruling of Sir Samuel Evans in the case

of the Roland [1915] (82)

Sir Samuel Evans disposed of the point under consideration in the following terms : „I think it is abundahtly clear, according to prize law, that property upon an enemy ship consigned to an enemy port is prima facie enemy property, and it is for the claimants, who allege that the property belongs to them as neutrals, to make out their case, and to make

it out clearly " — Counsel for the (claimants) argued that mat ruling

was inapplicable to the present case, inasmuch as here the cargo was not consigned to an enemy port. I do not think, however, that Sir Samuel Evans intended to engraft any suchlimitation upon the principle that he was affirming. He was merely touching upon a circumstance disclosed by the particular facts with which he had at the moment to deal. The

Sluiten