is toegevoegd aan uw favorieten.

La Renaissance et les rhétoriqueurs néerlandais

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

107

C'est toy qui es le chef et capitaine

De tous espritz (la chose est bien certaine).

Un Cicéron quant & l'art d'eloquence,

Pour d'un chascun prendre benivolence ;

Un Salomon en jugements parfaits.

Plein de divins et de tous humains faits;

Un vray Cresus en biens et opulence,...

Brief, si j'avois des langues plus de cent,

Et d'Apollon le scavoir tant decent,

Je ne pourrois encor bien satisfaire

A declarer 1'honneur qu'on te deust faire.

De Heere :

Zal ic voor Minerva wel dorren spreken van wijsheit?

Ende voor Mercurio willen eloquent sijn?

Zal ic voor Apollo (daer elc te recht af prijs seit)

Ghebruucken miin plompheden die sonder hent siin?

Hoe soud' ic slecht vlamingh, also connen verWent siin.

Dat ic voor Lampsonio zou poëtiseren

Voor wien-gheen spraken oft talen onbekent siin (a).

Marot: l'^Pi

Excuse, las, President tresinsigne,

L'escrit de cil qui du fait est indigne:

Indigne est bien quand il veult approucher

L'honneur de cil qu'homme ne deust toucher.

Seroit ce point pour ton honneur blasmer,

Et, le blasmant, du tout le deprimer?

Certes nenny. Car tout homme vivant \ Ne peut aller ton honneur denigrant. De Heere:

Waermede saud'ic miin vermetentheit deffenderen ? Hoe soud'ic miin Musa so wel connen pareren Dat si hem niet en sau verstooren oft vervaren ? Seer wel: want hi slacht (na het ghemeen estimeren) De gheleerde Atheners de welcke eerajts soo waren Dat si niet en versmaedden het simpel verclaren Van Anacharsis, al en was hi niet elegant (b).

(a) Parlerai-je de sagesse en présence de Minerve? — Oserai-Je être éloquent devant Mercure? — Dirai-je mes vers, d'une lourdeur infinie, — Devant Apollon, que tout le monde glorifie? — Comment serais-je, moi simple Flamand, assez aveugle — Pour faire de la poésie devant Lampsonius, — Qui connaït toutes les langues, de tous les pays?

(b) Comment excuser ma hardiesse ? — Comment parer ma Muse, — Si bien qu'elle ne 1'irrite ni 1'effarouche ? — Je le ferai trés bien : car il ressemble, comme on le croit généralement, — Aux savants Athéniens, qui autrefois — Ne méprisaient pas les naïves explications — D'Anacharsis, bien qu'il ne füt point élégant.