Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

JULES LEMAÏTKE 507

PASCAL ')

Tu voyais sous tes pas un gouffre se creuser Qu'élargissaient sans fin le doute et 1'ironie. . , Et, penché sur cette ombre, en ta longue insomnie, Tu sentais un frisson mortel te traverser.

A 1'abtme vorace, alors, sans balancer, Tu jetas ton grand cceur brisé, ta chair punie, Tu jetas ta raison, ta gloire et ton génie, Et la douceur de vivre et 1'orgueil de penser.

Ayant de tes débris comblé le précipice, Ivre de ton sublime et sanglant sacrifice, Tu plantas une croix sur ce vaste tombeau.

Mais, sous 1'entassement des ruines vivantes, L'abime se rouvrait, et, prise d'épouvantes, La croix du Rédempteur tremblait comme un roseau.

(Les Médaillons, 1880

Ed. A. Lemerre, Paris)

LES MOUETTES 2) 1

Par les couchants sereiat et calmes, les mouettes Vont mêlant sur la mer leur Vol entrecroisé: Tels les gris souvenirs pleins de douceurs secrètes Voltigent dans un cceur souffrant, mais apaisé.

•) lilaise Pascal, beroemde fransche wijsgeer en wiskundige; schrijver van Les Provinciales en Les Pensees. *) Zeemeeuwen

Sluiten