is toegevoegd aan uw favorieten.

Histoire d'un conscrit de 1813

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

100

HISTOIRE D'UN CONSCRIT DE 1813.

„Vous avez de la chance, conscrits; si 1'un ou 1'autre de vous en échappe, il pourra se vanter d'avoir vu quelque chose de soigné *. Regardez seulement ces lignes bleues qui s'avancent le fusil sur 1'épaule, le long du Floss-Graben; chacune de ces lignes est un régiment; il y en a une trentaine; ga fait soixante mille Prussiens, sans compter ces files de cavaliers qui sont des escadrons, et sur leur gauche, prés de Rippach, ces autres qui s'avancent et qui reluisent au soleil, ce sont les dragons et les cuirassiers de la garde impériale russe; je les ai vus pour la première fois a Austerlitz, oü nous les avons joliment arrangés. II y en a bien dix-huit a vingt mille. Derrière ces masses de lances, ce sont des bandes de Cosaques. De sorte que nous allons avoir 1'avantage, dans une heure, de nous regarder le blanc des yeux avec cent mille hommes, tout ce qu'il y a de plus obstiné en Russes et en Prussiens. C'est, a proprement parler, une bataille oü 1'on gagne la croix, et si on ne la gagne pas, on ne doit plus eompter dessus."

Pendant qu'il disait cela, 1'idée me vint que le maire de Felsenbourg avait regu la croix pour avoir amené son village, dans des voitures entourées de guirlandes, a la rencontre de MarieLouise, en chantant de vieux lieds, et je trouvais sa manière d'avoir la croix bien plus commode que celle du sergent Pinto.

Je n'eus pas le temps d'en penser davantage,'

* hij zal zich erop kannen beroemen iets fijns te hebben gezien.