is toegevoegd aan uw favorieten.

Les marques de collections de dessins & d'estampes

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C — NOMS ET INSCRIPTIONS

Paris, projet sur lequel nous renseigne la note suivante de Burty, relevée sur 1'exemplaire du catalogue de Ia vente co.iservé. 4 la Bibliothèque d'Art et d'Archéologie de 1'Université de Paris: «Champfleury demeura en de longs pourparlers avec le Conseil Municipal. II demandait flnalement 16.000 fr., le Conseil s'arrétait 4 15.000 fr. Finalement les négociations furent rompues, et la vente elle-méme a 1'Hótel Drouot n'eut pas lieu...«. En 1872 Champfleury fut nommé conservateur du musée de la Manufacture Nationale de Sèvres, poste qui lui fournit 1'oecasion d'écrire sa Bibliographie Céramique (1881). Ajoutons encore qu'il était grand amateur de rausique (il fut ami de Richard Wagner), et qu'il aimait passionnément les chats, animaux auxquels il consacra un livre, annoncé par une affiche de Manet. Courbet a peint son portrait; Legros en a lithographie un autre et Pierre Vidal 1'a représenté en un spirituel croquis, para _ dans 1'ouvrage d'E. Molinier 17» Coin de la Bibliothèque Nationale, les habitués du Département des Estampes (1892). Après son décès, survenu ét Sèvres, ses diverses collections passèrent en vente publique (voir ci-dessous).

VENTES: I. 1890, 28—29 avril, Paris (experts Ch. Mannheim et Bernheim jeune). 492 n0*, Faïences patriotiques, tableaux anciens et modernes (23 n<»), aquarelles et dessins (18 n°s), gravures (15 nos). La préface du catalogue, par Paul Eudel, rappelle les pourparlers avec la ville de Paris, pour la vente 4 1'amiable des faïences. Aucune pièce importante 4 signaler parmi les dessins ou les gravures, la plus grosse enchère étant de 98 fr. pour le Portrait de Carmontel, aquarelle anonyme.

II. 1891,26—28 janvier, Paris (expert Sapin). Estampes, dessins et aquarelles modernes et quelques estampes et dessins anciens, ces derniers vendus en lots. Catalogue avec préface de Paul Eudel. 586 n°» dont 529 pour les estampes, les autres pour les dessins. Parmi les estampes citons: Bracquemond, 94 no» e. a. Les Fleurs du Mal, vignettes et fleurons inédits, 450 fr., Bresdin, ceuvre de Daumier 60 n°s e. a.: les 5 pl. de l'Assoeiation Mensuelle (de 51 4 102 fr. chacune), Actualités 810 pl. du Charivari et 239 de tirage 4 part 432 fr., Séries diverses 529 épr. de tirage a part et 1558 pl. du Charivari, 720 fr., Delacroix 25 nos e.a. Portrait du Ct« Ed. de Colbert, aquatinte, lr ét. 109 fr.,Macbeth consultant les Sorcières lr ét., 367 fr., Cheval sauvage terrassé par un tigre 840 fr.,Faust (Paris, Motte, 1828) 245 fr., P. Huet, A. Legros, Manet, Les Ballons 200 fr., H. Monnier 38 nos. — Pièces romantiques (vignettes, portraits, etc) parmi lesquelles les plus belles feuilles d'A. et T. Johannot et Célestin Nanteuil. — Pièces historiques, scènes de mceurs, caricatures (de Louis XVI 4 LouisPhilippe). Imagerie Populaire, dont quelques albums japonais. Dans les dessins: Bresdin, Delacroix, 12 nos e. a. Sardanapale, 5 études pour soa tableau, 200 fr., un cahier de croquis de 50 feuillets, 456 fr., un carnet de poche de 66 feuillets 250 fr., Guys 5 lots de chacun 4 4 8 dessins (environ 100 fr. chaque lot), H. Monnier, 13 dessins (les meilleurs 200 a 260 fr.).

„Le CHARIVARI", journal illustré, Paris. I

Le Charivari, journal satirique, fondé en 1832 par Philipon qui dirigeait déja La Caricature (le premier numéro est

442 daté lr décembre

timbre sec, marge inférieure 1832), paraissait

sur quatre pages, la troisième ornée d'unelithographie due aux meilleurs artistes de 1'époque; rappelons seulement la coUaboration importante de Daumier et Gavarni. Voir dans 1'ouvrage de G. Vicaire, Manuel de l'Amateur de Livres du XIX' siècle t. II, colonne 260, 1'étude sur Le Charivari, période 1832 —1893 (plus de 22.000 nos).

Le timbre sec reproduit se rencontre sur des épreuves de tirage 4 part (sans texte au verso).

Th. CHASSÉRIATJ (1819—1856), peintre et graveur. — Sur ses ceuvres a la vente de son atelier.

Théodore Chassériau,

né 4 Sainte-Barbe de

TO .CHASSÉRIAU Samana (Amériqué Es-

pagnole) de parentsfran-

a a o ki— .„ Sak) yiai a Paris a l'aB"e

4 43, bleu, recto . \ , Jrt °.,

de deux ans. A 10 ans il

déclarait 4 son frére alné Frédéric, qui remplissait les fonctions de chef de familie, sa volonté d'étre peintre et éléve dlngres. Amaury-Duval lui fit ouvrir les portos de 1'atelier du maitre qui s'éprit, pour son jeune élève, d'une réelle amitié. Chassériau exposa de 1836 4 1855, surtout des sujets de 1'Ancien et du Nouveau Testament, des scènes d'Orient, oü il fit plusieurs voyages, et quelques portraits. On lui doit aussi des peintures murales dans les églises St. Merry, St. Roch, St. Philippe du Roule, et dans la Cour des Comptes, ces dernières détruites par 1'incendie, sous la Commune de 1871. II a gravé quelques eaux-fortes (e.a. Othello, suite de 15 pl., Paris 1844) et lithographies. Décédé 4 Paris. Plusieurs notices et ouvrages ont été consacrés 4 notre artiste, citons entre autres 1'importante étude de Valbert Chevillard: Un Peintre Romantique, Théodore Chassériau (Paris 1893), qui contient le catalogue de son oeuvre peint et gravé, et la notice d'A. Bouvenne: Théodore Chassériau, souvenirs et indiscrétions, donnant aussi un catalogue de l'oeuvre.

VENTE: 1857, 16 mars, Paris (expert F. Petit). Tableaux, études, esquisses, dessins, armes et costumes laissés par Th. Chassériau (atelier). 108 no* dont 30 pour les tableaux par Chassériau, 38 pour ses dessins et 6 pour les tableaux par divers.

E. CHENEY (1803—1884), de Badger Hall (Shropshire)et Londres. - Estampes et dessins.

Edward Cheney, fils du général

iww.il oueney, eiau capuame dans 1'armée anglaise. II profita d'un long séjour en Italië pour réunir une collection de tableaux, principalement de l'école vénitienne, et d'objets d'art (Waagen, ÏVeasitres, Suppl. p. 170), qui passa, 4 sa mort, 4 son neveu, le colonel Alfred Capel-Cure, et

■*sua £isis.^ tui venaue cnez unnstie les 4— 6 mai 1905 comme propriété 444, noir de Francis Capel-Cure; produit £ 6991 9s. 6d. pour les 89 no». (il y avait eu déj4 une vente d'objets d'art, de monnaies et de médailles, les 29 avril— 1 mai 1885). Cheney avait aussi collectionné quelques dessins anciens et une belle série d'eaux-fortes de Rembrandt. Sa bibliothèque vendue chez Sotheby le 25 juin 1886.

VENTE: 1885, 29 avril et 5 jours suivants, Londres (chez Sotheby). Estampes et dessins, 1028 nos. Parmi les estampes, de belles séries de Marc-Antoine

80