Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

écouter; il va ot vient, il court 1'Europe afin dit-on, d'obtenir la reconnaissance de 1'ordre des choses actuel, ou 1'interposition efficace de la Grande-Bretagne et d'autres puissances, pour fléchir le vainqueur jusqu'ici intraitable. L'égoïsme de la fiere Albion jadis si généreuse et magnanime, n'a-t-il pas honte de laisser voyager ainsi d'un bout a 1'autre, en pure perte, une des grandes renommées de 1'époque, et les membres du Cabinet de St. James en contemplant de loin et a leur aise, les épouvantables événements qui se passent a la portee de Douvres, pourraient-ils la conscience en repos, s'asseoir aux banquets et répliquer aux toasts en leur honheur? De quel front osent-ils prétexter le défaut de pouvoir ou de qualité pour offrir leur intercession salutaire? Quand il y a deux siècles, en 1627, la guerre paraissait devoir éclater entre 1'Angleterre et la France, la petite Republique des Provinces-Unies, long-temps même avant d'avoir pu faire reconnaitre définitivement son indépendance par 1'Espagne s'empressa d'offrir sa médiation a Londres, comme a Paris, — „desirans — telles furent les paroles des Etats-Généraux — aller au devant du mal qui est proche de nous tomber sur les bras devant qu il devienne plus incurable et ruineux; reconnaissans qu'ü n'est plus temps de différer davantage les offices et devoirs

qui se peuvent attendre de notre entremise."1) La médiation

assure-t-on, — ne saurait s'imposer au Cabinet qui la refuse! Nous ne ferons point aux diplomates modernes le reproche de ne plus palir sur les vieux bouquins et d'avoir oublié leur Wicque-fort quelque peu suranné, mais pourtant il nous sera permis de citer ce passage bien connu de 1'Ambassadeur et ses fonctions (L. II Sect. XI. p. 260, édit. de 1680). „Le Roi de Suède, Charles Gustave ne pouvait pas souffrir, que les Etats des provinces-Unies intervinssent comme Médiateurs au Traite, qu'on le voulait obliger de faire avec le Roi de Danemarc non a sa mode, mais selon 1'intention de la France, de lAngleterre et des mêmes Provinces-Unies qui s'étaient toutes trois érigées en Médi-

') Instructions données a fran^ois d'Aerssen et Gaspard de Vosbergen, allant en France, et a M.M. de Randwijck et Pauw, envoyés en Angleterre.'

Sluiten