Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

les maux que vous ne pouvez vous dispenser de leur faire, pour vous garantir de ceux qu'ils vous préparent, et pour les réduire a une juste Paix. — N'avez-vous point inventé et introduit, a pure perte, et par passion ou par hauteur, de nouveaux genres d'hostilités? N'avez-vous point autorisé des ravages, des incendies, des sacriléges, des massacres, qui n'ont décidé de rien; sans lesquels vous pouviez défendre votre cause, et malgré lesquels vos ennemis n'ont également continué leurs efforts contre vous? Vous devez rendre compte a Dieu, et réparer selon 1'étendue de votre pouvoir, tous les maux que vous avez autorisés, et qui ont été faits sans nécessité.

XVII.

Avez-vous exécuté ponctuellement les Traités de Paix? Ne les avez-vous jamais violés sous de beaux prétextes? A 1'égard des Articles des anciens Traités de Paix, qui sont ambigus, au lieu d'en tirer des sujets de guerre, il faut les interprêter par la pratique qui les a suivis immédiatement. Cette pratique immédiate est 1'interprétation infaillible des paroles. Les parties, immédiatement après le Traité, s'entendaient elles-mêmes parfaitement; elles savaient mieux alors ce qu'elles avaient voulu dire, qu'on le peut savoir cinquante ans après.

XVIH.

Ainsi, la possession est décisive a eet égard-la; et vouloir la troubler, c'est vouloir éluder ce qu'il y a de plus assuré, et de plus inviolable dans le genre humain. Pour donner quelque eonsistance au Monde, et quelque süreté aux Nations, il faut supposer par préférence a tout le resto, deux points qui sont comme les deux pöles de la Terre entière; 1'un que tout Traité de Paix, juré entre deux Princes, est inviolable u leur égard, et doit toujours être pris simplement dans un sens le plus naturel, et interprété par 1 exécution immédiate; 1'autre que toute possession paisible, et non interrompue, depuis les temps que la jurisprudence demande pour les prescriptions les moins favorables, doit acquérir une propriété certaine et légitime a celui qui a cette possession, quelque vice qu'elle ait pu avoir dans son origine. Sans ces deux

Sluiten