Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

une barbarie les écrase. Mais n'est-ce pas comme le lot fatal de 1'exquis et du rare d'avoir tort devant la

brutalité ?

„11 en est de même des littératures de décadence. Elles non plus n'ont pas de lendemain. Elles aboutissent a des altérations de vocabulaire, a des subtilités de mots qui rendent le style in-intelligible aux générations

a venir Qu'importe, pourraient répondre les théo-

riciens de la décadence. Le but de 1'écrivain est-il de se poser en perpétuel candidat devant le suffrage universel des siècles? Nous nous délectons dans ce que vous appelez nos corruptions de style, et nous délectons avec nous les raffinés de notre race et de notre heure. II reste a savoir si notre exception n'est pas une aristocratie et si, dans 1'ordre de 1'esthétique la pluralité des suffrages représente autre chose que la pluralité des ignorances.".

Laten we dus aan deze letterkunde een vroegtijdigen dood voorspellen of niet, velen onzer zijn haar genotvolle uren verschuldigd. De bloesems der bloemen mogen afvallen en de zaadkorrels alleen voortleven onder steeds zich vernieuwende vormen, we hebben een uitgelezen en intensief genot gesmaakt door onze zielen van die geuren te laten doordringen; we weten immers dat al het bekoorlijke van korten duur is. Het fijne, donzige rozenblad met den blinkenden dauwdruppel, de teedere etherische vrouwengestalte zijn vergankelijk als de dag van heden: morgen is de geur der rozen vervlogen, de dauwdruppel tot slijk geworden!

Sluiten