Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

SCI! !. \ IIKI'I.i:\ION (:itISTA l.l.lNK IXTEIIXK DANS IX CHISTAI. |i( U K 1)1" 1'Ol VOIIt ItOTATOIUK.

PAIt

M, BERNARD BRUNHES,

professeur de Physique ii 1'Uni versité de Dijon.

•I'ai, il x ;i quelques années, imaginé une méthode expérimentale pour étudier Ie problème de la réllexion a rintérieur des cristaux. ') Otte étude était nouvelle. .1 'ai appliqué ma méthode au quartz, au spat h, a la topaze, mais pour le quartz, je m'étais bonié au cas oü les ravons liimiiieux, iucidents ou réiléehis, font un angle notable avee 1'axe optique et (in, par suite, le pouvoir rotatoire n'intervient pas.

Dans les expériences qui font 1'objet du présent méinoire, j'ai abordé le cas ou la biréfringence se coinplique du pouvoir rotatoire. .Ie fais toniber a 1'intérieur du quartz uu rayon lumineux dirisfé suivant 1'axe optique, ou incliné sur eet axe d'un angle faible et connu; ee ra von, toinbant sur une face de sortie qui fait avee 1'axe un angle de 45J, donnera deux rayons réiléehis, 1'un ordinaire, 1'autre extraordinaire, entre lesquels 011 étudiera la diH'érence de ])hase provenant de la réllexion. Un comparera, a ce point de vue, la réHexion partielle sur 1'alcool et la réllexion totale sur 1'air.

•I'avais énoncé, coinme une des conelusions de mon précédent travail, la proposition suivante:

') Ainiitles ile Cliimie rt Vltyxiifiu', 0° série, t. XXX, pp. OS et 14f>. — Journal ilf Plii/sii/ite, ü'' série, t. II. p. 4Sit et t. III p. 2, 1893 et 1894.

1

Sluiten