Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

3°. Nickel.

A. Matthiessen et C. Vogt ') out mesuré la résistivité électrique du nickel en til, qui leur avait été remis par le Professeur WoHleb et avait été préparé, u 1'état pur, par Deville. Ils out conclu que le métal étudié était impur et ont attribué au nickel pur la conductibilite électrique suivaute :i 0° C.:

argeut 100 nickel 13,11.

II en résulte que la résistivité spécitique du nickel ii 0°C. est 12,3.>7

inicrohms-centimctre -).

Jamks Dewar et J. A. Fleming ont, étudié le nickel, dans leurs

mémoires publiés en 1892 et 1893 s). Tont d'abord, ils font remarquer (|ue le seul produit parfaitement pur qu'ils ont pu obtenir avait ete préparé, a luide du nickel-carbonyle, par Monsieur Mono, en faisant passer de la vapeur de nickel-carbonyle a travers un tube de verre chaulle. Ce nickel ne peut être étiré en lil; aussi on a découpé, au tour, sur le tube, une s].irale trés fine de métal, qui a servi de résistance électrique.

Dans le travail publié en 1892, James üf.waitetj. A. 1' leming attribuent a ce nickel pur les résistivités suivantes:

x i0 o 12 350 microhms-centimetre,

h 20° 13,494 idem

a 94°,5, 18,913 idem,

d'ou 1'on déduit, pour le coëfficiënt de température, 0,1104931 entre -(- 1°,2 et 20°, et 0,005696 entre -f~ 1°,2 et + 94°,5. En 1893, ils dounent pour le nickel pur, préparé de même, les résultats suivants:

résistivité a 1°,3 12,402 microhins-centimètre,

a 18°,7 14,653

„ a 90°,35 19,419 „

') Poc.okndorff's Annalen der Physik, tome 118, page 444; 181.3.

') J. A. Fi.kminii, Proceed i ngs of the Hoi/al Soiiely, Lotidon, vol. LX V I, p.

57; 1900.

■) Philosópliical Magazine, 5» série, volume 34, page 331; 1K9-2. — volume 36, p. 291; 1893.

Sluiten