Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les valeurs des résistivités spécifiques ne sont pas seulement fort différentes; les coefficients (le température sont aussi trés variables d 1111 échantillon a 1'autre, bien que J. A. Fleming considère les spirales de nickel de 189*2 et 1893, comme pouvant convenir pour 1 etude de Finfluence de la température.

Les écarts si grands entre les divers résultats de J. A. Fleming et James Dewar que j'ai signalés, antérieureineiit pour le bisinutli iet maintenant pour 1'étain et le nickel, me paraissent montrer qu'il est au moins iinprudent de faire les mesures avec un til qui, enroulé sur un cadre, est soumis a de grandes variations de temperature. II seiait préférable de se servir de fils rectilignes.

Quoiqu'il en soit, de nouvelles recherches me semblent nécessaires pour établir les résistivités électriques de ces métaux et 1'on est, peut être, inême en droit de se demander si les divergences signalées ici ne sont j>as dc nature a mettre en doute la conclusion principale des travaux de James Dewar et J. A. Fleming, a savoir que la résistance électrique de tous les métaux purs tend vers zéro, quand on s'approche du zéro absolu des températures. 2) D'ailleurs cette conclusion ne parait pas justitiée, car la résistance électrique du platine, de 1'argent, du cuivre et du fer devrait s anuuler, respectivenient aux temperatures 258, —248, 4, —223 et —223 degrés. -1)

') Archives des sciences physiques el naturelles, Genève, 4<= période, tome 4; 1897.

*) On sait que la chaleur spécifique des métaux purs ne tend pas vers zero, quand on s'approche du zéro absolu des températures. (Voir W. A. Tii.ukn, l'roccedings of the Royal Society, London, volume LXVI, N" 428, page 246, note; 14 avril 1900. — et U. Beun, Drudk's Annalen der PhysUr, 4° série,

tome 1, page 265; 1900).

") B. Dkssau, Neuere Untersuchuugen über verfliissigte Gase und tiefe Temperaturen, Physikalisclie Zeitsclirift, deuxième année, numéro 3, page 41; 20 oetobre 1900.

Sluiten