Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

réelle; tions le décoinposerons en deux parties. La première partie que nous continuerons a designer par ^ 1/ /', représentera la quantité de mouvement des appareils producteurs d"énergie; la seconde partie représentera la quantité de mouvement, des diélectriques; elle sera égale a

l A. //'.r (h

de sorte que l'équation (I ) deviendra (1(0/".*) III', )- | (A. -f- An •/ IJ.,-) th = const.

D'après ee que nous venons de voir, 011 aura

A. II , A,,-/ U,

//2—1— '2

D'ailleurs, désignons par •/' eoimiie plus liaut 1'énergie totale; distinguons d'autre part la vitesse réelle dn lluide fictif, c'est a dire celle qui résulte de la loi de Poïntinc et que nous avons désignée par 6., , Ui/, Uz, et la vitesse apparente de 1'énergie, c'est a dire celle que Ton dédnirait de la vitesse de propagation des oiules et que nous désignerons par U'.r, U',j, Li'-. 11 résulte de l'équation (7) que:

J UX = J' U'jc

On peut done éerire réi[uation (4 bis) sous la forme:

v U / •„. + I A. Wr + Ko -/' U'.T) (h = const.

L'équation (1 bis) montre ce qui suit: si un appareil rayonne de 1'énergie dans une direction uuique tl.ris h• vide, il subit un recul qui est compensé uniquement au point de vue du principe de réaction par le mouvement du fluide fictif.

Mais si le rayonneinent. au lieu de se faire dans le vide, se fait dans un diélectrique, ce recul sera compensé en partie par le mouvement du lluide fictif, en partie par le mouvement de la matière du diélectrique

Sluiten