Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

plier le nombre (les electrons de tacon que les pouvoirs mducteurs du vide et des autres diélectriques restent finis.

La théorie oü conduit ce passage a la limite n'est autre c|iie eellc de Hertz.

Soit / la vitesse de la lumière dans le vide. Dans la théorie de Lo-

1

rkntz primitive, elle est égale a - ; uiais il n'cn est plus de même

y A„

dans la théorie modiliée, elle est égale a

1

1!„\ A„

//u étant Findice de réfraction du vide par rapport au milieu idéal impolarisable. Si >/ désigne Findice de réfraction d'un diélectrique par rapport au vide vulgaire, sou in lice par rapport a ce milieu idéal sera 11 n„ et la vitesse de la lumière dans ce diélectrique sera

/ _ 1

" " "uv/

Dans les formules de Lorentz, il faut alors remplacer u j>ar n //„. Par exemple Fentrainement des ondes dans la théorie de Lorentz est représenté par la formule de Fresnki,

Dans la théorie modiliée, il serait

Si nous passons a la limite, il faut faire A'0 = 0, d'oü //„ = ^ ; donc dans la théorie de Hertz Fentrainement sera r, c'est ïi dire qu'il sera total. Cette conséquence, contraire a Fexj)érience de Fizeat, sutiit pour condamner la théorie de Hertz, de sorte <|ue. ces considérations n'ont guère qu'un intérêt de curiosité.

Reprenons cependant Tiotre équation (4 bis). Elle nous enseigne que la fraction du recul qui est compensée par le mouvement de la matière du diélectrique est égale a

n2 — 1 n'1 \ 1'

Sluiten