Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

II en est de même de 1'isotherme eritique V qui résulte de F équation

C-+5.)(-D-"0+n+uD

dont hoi/r/.mann a calculé les coetticients d'après la théorie cinétique ]>our améliorer la formule de van der Waals (Yorlesungen iïber Gastheorie, t. II, ]>. 153. 1898).

Kn admettant le développemeut en série du covoluine de van der W aals avec les valeurs p, =17 32, j32 = 0,0!)5s F équation réduite devient

('+^)[.-M.(»-MÏÖ+^)]-M411

Gette équation conduit pour les deux portions de risotherme eritique ii des conclusions inadmissibles: a savoir qu'entre la pression atmospliéri([ue et la pression eritique le ga/, serait moins compressible que nindique la loi de Mariotte; ct ([iie les plus fortes pressions ne pourraieut amener sou volume au-dessous des six dixièmes du volume eritique.

Gette discordauce ne prouve d'ailleurs rien contre la légitimité du développemeut en série, car il est possible qu'avec un plus grand nombre de termes on obtieut un meilleur résultat. Mais elle moutre que 1 intérêt de ces calculs est d'ordre théorique, et qu'il ne sont pas susceptibles cVêtre utilisés pour le problème pratique que j'envisage en ce moment.

Enfin je dirai quelques mots du second ordre de moditications introduites par Clausuis, qui fait varier la pression interne avec la température.

Pour représenter les résultats d1 Andrews sur Fanhydride carbonique, Ci.ausius a posé ƒ (7') = a T. Gette forine convient en efl'et au voisinage du point eritique. Gest ce qui ressort de la remarqne suivante. Si 1'on eonstruit les courbes de tension de vapeur, 1"équation de van der

W vals donne au voisinage du point eritique (-y = 1- tandis que Fexpé-

rience sur des corps variés (Stoletow, Journal de Physique, t. I,

1882) donne = 7.

' M

Sluiten