is toegevoegd aan uw favorieten.

Criminalité et conditions économiques

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sont commis soit pour des motifs économiques, soit pour des motifs non-économiques: e. a. assassinat (pour vol ou par vengeance), parjure (pour le gain d'une procédure civile économique, ou pour empêcher la condamnation d'un ami) et incendie (pour toucher 1'argent de 1'assurance, ou par vengeance) etc.

II se peut qu'on fasse ici 1'observation que, malgré la conformité de leurs motifs, ces crimes présentent pourtant beaucoup de dififérences. En partie, c'est juste. Aussi je leS ai partagés en sousdivisions. Mais d'autre part ces dififérences ne sont pas bien grandes au point de vue de la sociologie criminelle. Pour le juriste la différence entre fabriquer de faux billets de banque, incendier sa maison pour se faire payer 1'assurance, et le proxénétisme, est trés importante; mais pour la sociologie elle 1'est beaucoup moins. Celui qui sait faire de faux billets de banque conimettra ce crime, quand il voudra pour n'importe quelle raison, s'enrichir d'une fapon malhonnête, mais il 11e deviendra ni incendiaire, ni proxénète. Une ex-prostituée par contre ne pensera pas a la fabrication de faux billets de banque, mais deviendra proxénète. Le genre du crime économique, commis par quelqu'un qui en a 1'intention, dépend surtout du hasard (profession, etc.).

La deuxième catégorie comprend les crimes sexuels, et la quatrième les crimes politiques, ainsi deux catégories bien distinctes.

Les autres délits et crimes forment la troisième catégorie et sont assez hétérogènes. Le principal mobile de ces crimes est la vengeance. O11 compte parmi eux les injures, destruction de biens, coups et blessures, meurtre etc. D'autres motifs sont: la peur de la honte (infanticide, qui, cependant, peut aussi être commis pour des raisons économiques); puis, crainte de tomber entre les mains de la justice (parjure, rébellion) et quelques autres encore. 1)

Afin de donner une image de la proportion quantitative des principaux crimes, je fais suivre ici quelques chiffres sur la criminalité dans quelques pays européens. Ces chiffres pourront en même temps servir a faire voir a ceux, qui ne prennent pas connaissance des statistiques criminelles, combien le crime a un cours régulier d'une année a 1'autre.

1) Je ne parle pas de tous les crimes, non plus de tous les motifs de ceux dont je traite; je ne m'occupe que des crimes fréquents ou de ceux qui, pour d'autres raisons, sont importants. Pour 1'énumération compléte des motifs de crimes, voir le Dr. W. Starke, »Des éléments essentiels qui doivent figurer dans la statistique criminelle et des moyens de les rendre comparables", p. 77—78 (Bulletin de 1'institut international de statistique, 1889), et le professeur F. von Liszt, »Die psychologischen Grundlagen der Kriminalpolitik", p. 490—494 (Zeitsclir. f. d. ges, Strw. XVI).

38

J