is toegevoegd aan uw favorieten.

Criminalité et conditions économiques

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

1'initiative individuelle, trop de répugnance pour 1'incorporation, pour prendre un numéro dans 1'armée matriculée du quatrième Etat." •)

Une autre caractéristique, propre a presque tous les anarchistes par le fait, et intimement liée a la précédente, c'est une grande vanité. Lucheni p. e. en parlant de son crime a dit: „J'ai voulu tuer un personnage de marqué pour que 9a fut imprimé." Vaillant se fit photographier avant de commettre son attentat, distribua des portraits de droite et de gauche, et demanda, une fois arrêté, si les journaux le reproduisaient, etc.

Ces traits de caractère, observés chez ces individus, ne sont pas rares, les individualistes exaltés et vaniteux sont assez nombreux et cependant 'presqu'aucun d'entre eux ne devient anarchiste par le fait, c'est donc ailleurs qu'il faut en rechercher 1'explication.

II faut que nous nous demandions: dans quel milieu ont-ils vécu? Lorsque le président du tribunal, devant lequel Lucheni comparut, lui demanda quel était le motif qui 1'avait poussé a commettre son acte, il répondit: „C'est la misère." Cela est appliquable a presque tous les anarchistes par le fait. Voyons p. e. la vie de Vaillant. Knfant illégitime, sans éducation aucune il doit gagner son pain a lage de 12 ans se sauva de chez son patron oü il était en pension, et conjura sa mère de le reprendre. Rebuté, il se fait arrêter par la police, ramené chez ses parents, ceux-ci refusent de nouveau de le garder. II essaie de faire son chemin, mais échoue dans tout ce qu'il entreprend. C'est aigri par toutes les misères éprouvées qu'il prend connaissance du socialisme, le trouve trop théorique, se range du cóté des anarchistes, et le dernier chainon dans cette chaine de misère — c'est son attentat bien connu. 2) II y a des auteurs qui prétendent qu il ne faut pas considérer la misère comme un des plus importants facteurs de 1 anarchisme par le fait; a 1'appui de leur assertion ils citent Henry et quelques autres, qui, tout en ne vivant pas dans des 'conditions aisées, n'ont pas connu cependant la plus noire misère. Ceux qui raisonnement ainsi ont une notion fausse des motifs qui poussent les anarchistes par le fait. Ce n'est pas seulement la misère éprouvée par eux-mêmes mais aussi, et sans doute en premier lieu, la misère d'autrui qui les pousse. Ceux qui restent insensibles aux souffrances du prochain ne deviennent jamais anarchistes, ne pouvant tirer aucun profit personnel de ^'anarchisme, ils le considèrent comme une folie. 1'lacés dans des conditions défavorables de tels gens deviennent des criminels ordinaires, ou se suicident, mais ne se sacrifient jamais a un idéal.

Ainsi nous arrivons a un autre trait psychologique des anarchistes par le fait c. a d. qu'ils sont nés avec des penchants altruistes prononcés.3)

1) Lombroso, »Les anarchistes", p. 143-144- ...

Dans son »Péril anarchiste'', (p. 49) F- Dubois fixe 1 attention sur le fait que

la plupart des anarchistes se recrutent parmi des ouvriers travaillant isolement, circonstance qui augmente leur caractère individualiste.

2) Comparez le prof. H. Seuffert, »Anarchismus und Strafrecht', p. 12 sqq., comme un des auteurs qui cherchent les causcs de 1'anarchisme, principalement dans la misère

des classes inférieures. . „

8) Comparez Hamon, o. c., ch. V, et Lombroso, »Les anarchistes , p. 131 sqq.