is toegevoegd aan uw favorieten.

Antwerpen vóór 100 jaar

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

avons gardé notre monde jusqu'a dix heures. jamais de la vie je n'ai eu aussi chaud et pourtant je n'ai pas dansé... »

Die zoo gehate Engelschen, afzonderlijk gekend, waren toch, zoo 't schijnt, ook menschen.

« Décidément, ma chère mimi, nous serons hollandais; le prince d'orange est a Bruxelles oü il aura sa résidence; ainsi plus d'espoir pour le moment, t'ai-je dit qu'on ne démolira pas les fortifications de notre pauvre ville ?

Ma tante fait de la gelée de groseille aujourd'hui; tu vois que le sucre n'est plus si cher; ...»

Onder 't blocus waren al die waren buiten prijs geweest. Meile Désirée, eene oude huishoudster van mijnen jongen tijd, placht te vertellen met verontwaardiging van de balen koffie of thee die in Antwerpen op straat verbrand werden.

Naarmate de briefwisseling vordert, wordt het politiek nieuws er schaarscher; Mimi meldt uit Douai het bezoek van den Duc de Berry, Jenny dat Wellington eventjes door Antwerpen getrokken is. Aan den anderen kant meer familienieuws :

« Anvers mercredi 24 aoüt 1814.

... Papa n'est arrivé que samedi; ma chère mimi, et il retourne aujourd'hui a Bruxelles... il demande de concert avec Mr Vermoeien, de pouvoir rétablir la fabrique de poudre (1); ceci ne souffrira aucune difficulté quant è. la permission, mais comme eet établissement a été entièrement démantibulé il en coüteroit beaucoup pour le rétablir, et tu sens qu'on ne 1'entreprendroit qu a coup sur... »

« Anvers jeudi ier septembre 1814. ... (notre bon papa) est encore a Bruxelles pour la fabrique; je suis bien süre qu'il obtiendra la permission de

(1) Te Wetteren.