Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pourcentage le plus élevé que nous ayons observé a 1'autopsie de nos 100 alcooliques chroniques.

Ces lésions se répartissent en effet comme suit:

Testicule. Coeur. Rein. Estomac. Tuberculose. 87 % 59 % 58% 34 % 37 %

Foie. 46°

Pneumonie. Foie gras. Cirrhose. 24 % 31 % 15 %

II ressort de ce tableau que le testicule est un des organes le plus sensible a 1'intoxation alcoolique et qu'il y réagit trés rapidement par des phénomènes de dégénérescence. L'explication de ce fait nous en est facilitée par les observations de Nicloux et Renault qui ont démontré que 1'alcool passé avec une trés grande rapidité dans les glandes reproductrices et qu'il y atteint un taux assez élevé. Un poison tel que 1'alcool en présence de cellules a structure aussi délicate que les éléments reproducteurs, doit fatalement en amener une dégénérescence rapide. A cette action directe de 1'alcool s'ajoute encore 1'effet néfaste de la cachexie et la diminution de résistance que 1'on observe chez les alcooliques chroniques a la suite du mauvais fonctionnement et de 1'altération des autres organes de 1'économie comme nous 1'avons mentionné plus haut (V. Tableau). Cependant le principal facteur de dégénérescence nous parait bien être 1'alcool, car nous n'avons pas trouvé de telles altérations du testicule a 1'autopsie d'hommes non alcooliques morts de cachexie (consomption) due a une maladie chronique (tuberculose, cancer, syphilis, etc.).

Une régénération partielle du testicule nous a paru avoir lieu dans deux cas observés oü il s'agissait d'anciens alcooliques devenus abstinents, et morts a 1'age de 59 et 56 ans après 25 ans d'abstinence environ; les ceUules parenchymateuses avaient un aspect normal, les spermatozoides étaient assez abondants, m a i s la sclérose avait persisté; elle était même dans un cas assez forte, constituant les résidus trés probables de 1'altération primitive de la période d'alcoolisme.

Nous avons également entrepris une étude parallèle sur les glandes reproductrices de la femme. L'action de 1'alcoolisme chronique sur les ovaires nous a paru être identique: sclérose avec dégénérescence et disparition des ovules. Un cas particulièrement intéressant qu'il nous a été donné d'observer est celui d'une femme

Sluiten