Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Or, comme parfaitement d'accord avec cette idéé de Vorigine radiochimique des rayons cathodiques solaires, M. Lénard a affirmé tout récemment (') que, d'après lui, une telle origine de ces rayons est la seule qui réponde a 1'état actuel de la science, cette opinion d'un savant aussi illustre en tout ce qui regarde les rayons cathodiques a donné aussitöt a toutes les explications, que m'avait déja suggérées mon idee, un renforcement si solide que c'est avec une entière confiance que je puis les soumettre maintenant au jugenient du lecteur.

Pour pouvoir comprendre mes explications, il faut que nous admettions premièrement que la masse du Soleil est riche en substances radio-actives. Si de telles substances n'avaient été trouvées sur notre terre que dans les quelques minérais assez rares qui servent a les préparer, on n'aurait que peu de raisons de leur attribuer un röle important dans le soleil. Mais M.M. Elster et Geitel et après eux beaucoup d'autres observateurs ont fait voir que ces substances , bien loin d'être rares , manifestent partout ici leur présence, dans le sol, dans 1'eau et dans 1'air. M.M. Strutt et Eve ont trouvé que la teneur en radium de nos roches ne diffère que peu d'un endroit a un autre et est généralement de 1.4 1.1 gr. par million de tonnes et un grand nombre d'observateurs ont démontré que notre atmosphère est riche en émanations et en autres produits de désagrégation radio-chimique qui y causent des phénomènes électriques importants (2). Or il semble impossible que des substances aussi généralement répandues sur notre terre et découvertes

(') P. Lenard: Sitz. ber. d. Heidelberger Akad. d. Wiss. Math. naturw. Klasse 1910 i7Abth9S — Naturwissenschaftliche Rundschau, 1 Dec. 1910. Ueber die Strahlen der Nordlichter.

(J) Voir p. ex. Beiblatter zu den Ann. d. Physik 1910 N° 21 p. 1160—1174 Kosmische Physik.

Sluiten