Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

aussi par M. Strutt dans les aérolithes ('), puissent être absentes du söleil. La présence de 1'hélium, qu'on connaït ici comme un produit de la désagrégation des substances radio-actives, semble indiquer de même que dans le soleil de telles substances sont présentes. L'absence des raies de ces substances dans le spectre solaire ne saurait d'ailleurs nous surprendre. Car les éléments particulièrement radio-actifs étant parmi les plus lourds qu'on connaisse et la stratification solaire étant telle que les éléments les plus lourds restent toujours cachés sous la photosphère, il n'est guère possible que les éléments radio-actils du soleil atteignent jamais la hauteur qu'il leur laudrait pour pouvoir manifester leurs raies spectrales.

Mais si les éléments radio-actifs du soleil se trouvent donc toujours dans des couches au-dessous de la surface de la photosphère, il y aura dans ces couches invisibles une production continuelle de rayons a, ft et y. Ces rayons toutefois seront empêchés par la nappe condensée photosphérique de s'échapper au dehors. La seulement oü cette nappe sera perforée de taches ou d'autres trous plus petits, eet empêchement sera sensiblement moindre (du moins pour les rayons ft et y). Lt c'est ainsi que de chaque trou s'échappera, tout comme de la cuvette de plomb des expériences de Mmè Curie , un faisceau de rayons ft et y parallèles, qui s'éloigneront du soleil a grande vitesse dans la direction généralement radiale de 1'axe de la tache.

Or lorsqu'un tel faisceau , d'un diamètre souvent plusieurs fois plus grand que notre terre, nous rencontre, il produira dans les couches extérieures de notre atmosphère tous ces phénomènes lumineux et électriques, qui ont déja été considérés par M.M. Birkeland et Stürmer, M. Villard, M. Paulsen et M. Arrhénius comme dus

(') Strutt: Proc. R. S. LXXVII A. On radium in the Earth's Crust and the Earth's internal heat.

Sluiten