Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du sort étant arrivé, Van Hooff se retira du Directoire le 10 Juin 1800; d'après la constitution, il ne pouvoit pas être reélu au Directoire ni être emploié qu'au bout de deux ans évolus, de manière qu'il se trouvoit encore dans sa retraite, lorsqu'en Septembre 1801, le Directoire, dont il étoit sorti, fut dissout par une Révolution inconcevablement concue, et fit place a un Gouvernement, composé de douze Membres. Révolté autant de la manière indécente dont cette Révolution se fit, que des moiens, que 1'on avoit emploiés pour surprendre la Religion des Frangois, pour faire passer de vive force une constitution aussi vicieuse que celle qu'on prescrivoit a cette occasion a la Nation Batave, Van Hooff crut qu'il étoit de son devoir de refuser toutes les Places auxquelles on vouloit le nommer, mais comme les raisons de ce refus sont emplement consignées tant dans une lettre qu'il écrivit h la nouvelle Régence de douze membres, qui venoit de remplacer le Directoire et qui 1'avoit nommé au Corps Législatif, que dans un mémoire, que lui demanda le Général Victor pour le faire parvenir au conseiller d'Etat Joseph Bonaparte, qui le remit entre les mains du Premier Consul, Sa Majesté 1'Empereur et Roi, en Fructidor 1'an 10, il est superflu d'y revenir d'autant plus qu'il a été instruit par le Général Victor que sa Majesté 1'Empereur a daigné lire ce volumineux mémoire et que 1'événement a assez justifié ses craintes énoncées, puisque la confusion qui accompagna la direction de ce Gouvernement de Douze, a nécessité le Gouvernement plus concentré du Grand Pensionaire.

Cependant avant 1'avènement du Grand Pensionaire, Mm Hooff se vit encore honorablement forcé, quoique malgré lui, de reprendre séance a la Législation pour satisfaire aux voeux de ses concitoiens du Brabant Batave, qui le nommèrent quelque tems après 1'installation du Gouvernement de 12, d'une manière légale au Corps Législatif, et il étoit encore Président du Corps Législatif le 30 Avril 1805 lorsqu'il fut autorisé de dissoudre le Corps Législatif et de proclamer

Sluiten