Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

mais le public retient déja 1'haleine. Les de.ux s'empoignent, s'enlacent. Pendant un temps ils restent immobiles; une saccade de 1'un, un tour de reins de 1'autre, rien encore; ils sont toujours debout et se détachent de nouveau. L'excitation da public va crescendo; un nou vel essai de part et d'autre pour tirer parti d'un faux mouvement de 1'a.lversaire; ils glissent, ils tournent, ils se courbent les membres, tantót ils reculent, tantöt ils font un pasen avant; le public observe un profond silence, interrompu seulement d'un sifflement par-ci, d'un cri par-la; toutd'un coup les deux champions se tiennent de nouveau; Mozaffur Begitourne sur ses talons, il est soulevé, trébuche et un bruit assourdissant dans la foule annonce qu'il a été vaincu.

Les assistants supposent que le perdant se relèvera et s'inclinera, d'après 1'usage, devant son maitre. Mais MozaffurBegi, le visage li vide, le corps immobile, ne se relève pas. On s'élance vers lui; il ouvre encore une fois les yeux, pousse un soupir et il a rendu 1'ame. L'effort par trop violent a mis fin brusquementa la vie du lutteur. On apporte une planche, ony met le corps et on 1'emmène.

Tout cela s'était passé si vite que dans les premiers moments je ne pus pas me rendre compte de ce qui était arrivé. Par degrés seulement je vins a la conviction que eet homme robuste, plein de confiance en lui-mème, provoquant, si tenace en apparence, lui qui venait de résister a une triple attaque, avait succombé, sans pouveir jamais recommencer un combat. Etait-ce le hasard, était-ce une indication visant les indigènes qui m'entouraient? Ceux-ci, frappés de même mortellement dans leurs sanctuaires, dans leurs usages, n'ont en effet qu'a considérer le passé comme mort, et ne peuvent diriger le regard vers 1'avenir, qu'a la condition qu'ils laissents'émietter leurs temples branlants, et qu'ils se rangent dorénavant sous la bannière de la puissance chrétienne, qui les conduit vers la civilisation, le progrès et la prospérité.

En 1868, le Sarthe lutte pour la dernière fois, Samarcande est prise, 1'armée boukhare battue, la province de Zérafchane

Sluiten