Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

mène, (1) qu'il faut chercher lexplication d'une autre particularité que je vais signaler.

"Au total, déclare Franzel le 17 Décembre 1914, les per-' tes de mon bataillon dans le village même — et non pres de la Meuse — s elevèrent a 6 hommes tués ; quant au nombre des blessés je ne fiuis l'indiguer. „ II suffit de jeter un coup d oeil sur le plan de Dinant pour s'apercevoir qu'au faubourg de Leffe les troupes allemandes étaient exposées au feu des Francais en bien d'autres endroits encore qu'a la rive du fleuve.

Le rapport du 14 Février 1915 ajoute a cette déclaration. " Dans la suite, y écrit le major Franzel, 6 hommes du bataillon furent tués et un assez grand nombre blessés a I'intérieur du village et ce d des endroits que ne pouvait atteindre le feu des troupes postées sur 1'autre rive. „ L'accentuation est évidente.

Un dernier mot au sujet de ces morts et blessés. Les déclarations de Franzel ne constituent, en somme, qu'un témoignage de seconde main. Cet officier n'a pas constaté par lui-même en quelle partie de la localité furent atteints tous les hommes dont il parle. ïl résumé, de deux fagons différentes, les divers récits qu'il a recueillis. Nous ignorons et les noms des témoins et les dires exacts de chacun deux. On ne situe pas les endroits que ne pouvaient atteindre, soi-disant, ni Ie feu des fusils francais ni celui de 1 artillerie. Tous les éléments* de controle manquent a la fois.

Nous avons le droit d'exiger une preuve de la culpabilité de la population. Le Livre Blanc prétend la fournir. Nous ne pouvons la trouver dans les rumeurs anonymes dont le major Franzel se iait 1 écho, ni dans les variations de ses récits personnels.

Une précision est cependant donnée : le capitaine Franz de la 11'ne compagnie aurait été blessé dun coup de feu parti d'une cave et cela aux cötés mêmes du major Franzel, qui répète, a deux reprises, cette déclaration. Son témoignage est confirmé par celui du ler sergent (Vizefeldwebel) Göpfert.

Anlage 79. St Erme 17 Décembre 1914.

Oswald Emile GOPFERT, tambour au III,ne bataillon du régiment d'infanterie n° 178, VIZEFELDWEBEL. (ler sergent).

(1) Une troisième manifestation du même phénomène est relevée ci-dessous a propos de la blessure du capitaine Franz.

Sluiten