Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

M. Adam et tous les siens avaient, dès avant le 23 Aoüt, quitté leur demeure et avaient cherché abri sur 1'autre rive de la Meuse. Ni son fils, ni un autre enfant ne pouvait donc se trouver chez M. Adam au moment du sac de Dinant.

En outre, comme 1'observe Mgr Heylen, dans sa note déja citée il n'a été tué a Leffe aucun enfant de moins de quinze ans!

Anlage 71. St Erme 17 Décembre 1914.

Stabsarzt (1) Dr Richard Gotthold LANGE, 33 ans, médecin du Illrae bataillon du régiment d'infanterie n° 178.

Immédiatement après que le bataillon fut entré a Leffe il fut surpris par une fusillade qui ne partait pas seulement des deux versants des collines, mais aussi des maisons et des caves. La dessus, on rechercha les tireurs dans les maisons d'oü étaient partis les coups de feu et les civils coupables que 1'on y trouva furent fusillés. Les maisons d'oü 1'on n'avait pas fait feu furent aussi fouillées et leurs habitants placés sous bonne garde dans la rue. On me rapporta qu'entre autres, un sergent-major de la 9me compagnie de mon régiment était grièvement blessé. Je parcourus aussitöt les rues, a cheval: continuellement on tira sur moi des maisons, surtout des caves. Je trouvai deux blessés allemands a 1'intérieur des maisons ainsi que deux morts, dont 1'un dans un rez de c'naussée et 1'autre dans une cave. Comme le nombre de blessés augmentait je me vis obligé d'installer un poste de secours dans la villa de 1'avocat Adam. J'y ai travaillé jusqu'a 11 heures du soir. Quand je remis 1'ambulance a la 2me compagnie d'infirmiers, le nombre des soldats blessé# allemands y était d'environ 80.

Le point saillant de cette déposition se trouve dans sa phrase finale: 80 blessés allemands étaient déposés dans une ambulance de Leffe-Dinant, Ie soir du 23 Aoüt 1914. L'évocation de ces nombreux blessés ne peut avoir d'autre but que de tromper le lecteur en provoquant chez lui de 1'indignation, indignation qui serait complètement injustifiée. II n'y a pas de doute, en effet, qu'aucun de ces hommes n'a été atteint de plombs de chasse. Le Dr Lange, sachant que 1'enquête allemande visait a accabler la population accusée sans trève de s'être servie d'armes de chasse, n'aurait certes pas manqué d'en faire état, n'eut-il même relevé qu'une seule de ces blessures si caractéristiques que font les coups de fusils de chasse. Les 80 militaires allemands ont donc été blessés par des armes de

(1) Médecin de bataillon.

Sluiten