Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

cardiers apportant des blessés, au milieu de soldats affairés assurant les services de 1'arrière-ligne de combat, ils restent aux aguets. Un homme passé. C'est la victime. Malgré sa défense on s'en empare, on le couche sur une grille, on lui lie pieds et mains et on les fixe a des piquets fichés en terre. Du pétrole, des Hammes, des hurlements de douleur, des rales, la mort. Personne n'a rien vu, ni entendu ; les bourreaux ont joui de toutes les affres de cette agonie. Invisibles, ils se tapissent a nouveau dans leur cachette insoupgonnée. Des Allemands survenant recouvrent de paille le corps carbonisé. Eux partis, les brutes féroces s'approchent a nouveau de leur victime et mettent le feu a la paille qui recouvre le cadavre. D autres Allemands vont le voir sous les débris de cette paille brÜlée. Les assassins disparaissent enfin sans se laisser apercevoir.

Tout ceci est nettement impossible.

II est possible, au contraire, qu'un soldat allemand, absorbé par 1'attrait du pillage d'une maison ou d'une cave, se soit laisse surprendre par 1'incendie et, qu'échappé aux Hammes malgré des brülures graves, il ait été recueilli et transporté, vers le poste de secours, par des brancardiers. En cours de route, ceux-ci s'aper5oivent que le patiënt vient de succomber, le déposent au bord du chemin et retournent a la besogne que leur préparent les balles et les obus francais. II est possible aussi, qu'un automobile prenant feu, un des occupant ait été brüle. Bien d autres hypothèses encore peuvent être imaginées qui excluent toute culpabilité de la part des Dinantais.

Ayant établi 1° que les suppositions allemandes faisant de ce soldat une victime des francs-tireurs se heurtent a 1 impossible ; 2° que 1'on peut expliquer sa mort par un accident auquel nos compatriotes n'ont aucune part, je pourrais ne pas pousser ma démonstration plus loin.

Les Dinantais ne sont pas coupables de la mort de eet homme ; cela suffit.

11 me convient, cependant, de le dire, car c'est ma conviction absolue : il n'y a pas eu de chasseur brülé.

Quelque nombreuses qu'elles soient, les dépositions allemandes a ce sujet sont mensongères.

Si les témoins avaient vu, ce dont ils déposent, ils auraient tous constaté les mêmes choses. Or, les détails qu ils donnent

1'endroit oü gisait le cadavre et sur la.position aans .aqueu.

sur

Sluiten