is toegevoegd aan uw favorieten.

Le sac de Dinant et les légendes du livre blanc Allemand du 10 mai 1915

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pour faire retomber sur les Francais ou sur les Beiges le scandale de la responsabilité des destructions . _

" Presque toutes les maisons de Dinant, écrivait Wegener ( ), ont été détruites par les balles- et brulées durant les combats la plupart du temps par les Francais eux-memes qui, par les pr iectües lancés lors de leur retraite, atteignirent les maisons de la ville au lieu des positions des Allemands sur les hauteurs op-

posées. „ , . ,

« La mauvaise artillerie des fuyards francais, ecrit l!" autre ^/' a occasionné des destructions considerables pendant leur retraite et a malheureusement, atteint la cathedrale. „

« D'un autre cöté. poursuit le même, des Francais demeurant en Belgique assurent que les Beiges en fuite ont mis f™™** le feu aux localités beiges, qu'ils y ont vole et pille, afin de priver les Allemands de tout moyen de subsistance.

" C'est le coeur saignant que les Allemands traversent la vallee de la Meuse, détruite sans raison et sans necessite.

" L'Allemagne n'a jamais porté la guerre dans la demeure des citoyens Mais les Francais font la guerre comme autrefois la firent Mélac et ses compagnons d'infam^mcendiantleschateau et les villages du paisible Luxembourg, de la Meuse et du R . „ Ces mêmes écrivains osent mettre dans la bouche du curedoyen de la ville des accusations similaires contre 1 armee franCaise. Ce vénérable ecclésiastique proteste contre ces accusations et leur oppose un énergique démenti.

A tou. instant, le Livre Blanc parle dW».~ f »»»,<<»« dans les maisons en feu et vent y voir une preuve de la resistance

armée des civils. ,

Quelle est la valeur de cette accusation ? Nous ferons observer tout d'abord que les détonations entendues n eurent m la fréquence ni 1 importance que leur attribue le Livre Blanc. Les prisonniers civils qui ont traversé la ville en feu sont unanimes q 1'attester.

D'oü provenaient d'ailleurs ces détonations ?

D'aorès la version allemande, il s'agirait de 1'explosion de munitions amassées par les francs-tireurs. II n en est nen ]Nombre de ces détonations sont dues a lexplosion d huiles, d alcools et d essences qui se trouvaient soit chez les commercants et les nharmaciens! soit chez les particuliers. D'autres urent causees nar les bombes a main lancées par les soldats allemands, par fes munit?ons abandonnées par enx dans les ma.sons pnvees quand elles n'y étaient pas mises a dessein ainsi que

au dépd^solda^ qui^aient séjourné a 1'Evêché, trouvé tout un panier de munitions delaissees

(1) Kölnische Zeitung, 26 Novembre 1914.

(2) Scheuermann, dans Die Post, 29 Novembre 191 .