Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

lis ont incendié cinq pharmacies, tué deux pharmaciens, tué un médecin, mis deux médecins au mur pour être fusiüés, arraché violemment, et sans articuler le moindre grief, le brassard de la Croix-Rouge a trois autres praticiens, traité durement 1'abbaye de Leffe convertie en ambulance, bombardé deux établissements de la rive Ouest oti flottait le drapeau de Genève et dont 1'un a été presque détruit.

De quel cöté est donc la violation des conventions internationales ?

*

* *

La fusillade de 1'abbaye de Leffe a été particulièrement meurtrière.

Le soir du 23 Aoüt, la populeuse paroisse de Leffe ne comptait plus que dix hommes.

Deux cent quarante victimes, dont des jeunes gens de quinze et de seize ans, 167 veuves, des centaines d'orphelins, voila le lamentable bilan de quelques heures !

La population avait été, dès le matin, parquée a 1'abbaye norbertine. Elle s'y croyait en sécurité sous la protection des religieux. Le 23, vers 10 heures. un officier réunit ces hommes: " Levez les bras ! N'ayez pas peur ! On ne vous fera pas de mal! Sorter ! „ lis sortent, s'avancent et, une minute après, un feu de peloton les étend en face du mur de la maison Servais. Durant toute la journée, d'autres groupes sont exécutés a eet endroit et grossissent le monceau de cadavres.

Vers 2 heures, un officier du 178me saxon dit au Révérendissime Abbé: " Vous allez verser 60.000 francs, pour avoir tiré sur nos troupes. Si, dans deux heures, la som me n'est pas versée, 1'abbaye sera incendiée. „ On put sauver Tanden monastère par un versement de 15 000 francs laborieusement recueillis.

Mais pendant ce temps, la tuerie sauvage se poursuivait.

M. Victor Poncelet, le restaurateur de 1'ancienne industrie du cuivre, la dinanterie, pris entre deux feux par des soldats furieux qui envahissaient sa maison de tous cötés, fait appel a leur pitié en faveur de sa nombreuse familie: " Vous n'allez pas tuer un homme qui a sept enfants! „ — " Pas de pitié pour les hommes aujourd'hui! „ telle est la réponse. II s'affaisse dans le ves• tibule, tué a bout portant par un officier, sous les yeux de sa femme et de ses sept enfants, dont 1'aïné a douze ans. Des troupes s'installèrent dans rimmeuble, s'y livrant aux excès de la boisson, faisant de la musique, enjambant sans cesse le cadavre qui, jusqu'au mercredi, resta a 1'endroit oü il était tombé.

M. H immer, le grand industriel, la providence des ouvriers de Leffe, qui invoque son titre de consul et offre toute sa fortune pour sauver sa vie et celle de ses ouvriers, rejoit comme réponse: " Ce n'est pas de 1'argent qu'il nous faut, c'est du sang! „

Sluiten