Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

II faudrait aussi redire les souffrances endurées par les survivants, faits prisonniers a 1'abbaye jusqu au jeudi. Aux pauvres veufs et aux enfants, on fait crier: " Vive 1'Allemagne, vive le Kaiser ! „ Un officier de Saxons crie: " Si j'entends encore pleurer ces enfants, je tire sur vous toutes, dans le tas. „ Un oblige femmes et enfants a s'agenouiller devant une mitrauleuse qui fonctionne a vide !

Enfin, il faudrait raconter le vandalisme qui s est exercé sur les objets d'art de 1'église abbatiale et de 1'abbaye et le douloureux calvaire des religieux, les uns emmenés a Marche, les autres fusillés.

Le Livre Blanc raconte (1) une longue et mystérieuse histoire de revenants, a propos de deux formes, enveloppées de hnges blancs, qui ont sauté dans la Meuse. II s agit, hélas . de deux religieux norbertins, le frère Bourg, agé de soixante ans, et ie chanoine Nicolas Perreu, agé de 40 ans, qui ont éte tues par des soldats allemands. Epouvantés par le massacre des hommes de Leffe et par les menaces des officiers, ils s étaient retugies dans le canal qui passé sous 1'abbaye et se déverse dans la Meuse. Des soldats découvrirent la cachette, y poursuivirqnt les deux fugitifs et. les tuèrent. Les cadavres des pauvres victimes furent plus tard retrouvés dans le fleuve.

L'Allemagne n'a pour les habitants de Leffe que des appréciations méprisantes et injurieuses. Elle y ajoute meme la calomnie. „

" Ce sont surtout, écrit Grasshoff, les méchantes gens de Lette

— comme la bouche des enfants les appelle — qui se distinguèrent dans les atrocités. Des soldats allemands furent mutiles on trouva des chasseurs saxons qui étaient attachés par les pieds a des pieux fichés en terre et qui avaient été brüles yl s. „

- Les ravins de Dinant pourraient bien s appeler la vallee de

la mort (2)

Nous protestons avec la dernière énergie contre ces odieuses paroles et, si nous compatissons du fond du coeur aux souttrances des paroisses de Dinant et de tant de centaines d autres qui ont souffert, nous éprouvons un respectueux attendrissement devant le malheur de cette paroisse de Leffe, dont nous affirmons 1'entière innocence pour 1'avoir constatée après une minutieuse enquête.

*

* ❖

Une scène dépasse en horreur toutes les autres, c'est la fusillade du Rocker Bayard.

Elle semble avoir été ordonnée par le colonel Meister (3).

(1) Annexes 64 et 65.

(2) Belgiens Schuld, p. 43.

(3) Annexe 48, p. 187.

\

Sluiten