is toegevoegd aan uw favorieten.

In memoriam

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

temps passé, mais cherche son idéal dansl'avenir, sachant que le règne <le Dieu viendra.

Cette divergence d'opinions exercant son influence sur toutes les grandes questions vitales, on congoit qu'elle dut se faire ressentir dans les relations de M. Groen avec plusieurs de ses meilleurs amis. Certes, le principe de la foi chrétienne était, identique pour lui et pour eux, et le but ultérieur qu'on se proposait: la glorification du Seigneur, devait bien être le même; mais la méthode différait sensiblement. Le principe éthique, comme on 1'appelle, était contraire au principe juridique et confessionnel. M. Groen fit souvent la pénible expérience de se trouver, par ses convictions, en opposition avec des amis, avec lesquels d'ailleurs il se sentait uni de coeur et d'ame, et de voir le vide se faire de plus en plus autour de lui. Tl a trouvé ses adhérents les plus fidèles parmi quelques membres de la haute aristocratie, et plus encore dans la grande masse du peuple, qui ne le connaissait que par ses écrits; dans cette partie de la bourgeoisie, qui avait conservé intactes les traditions du passé; parmi ce peuple, «derrière les électeurs," dont il aimait a revendiquer les droits et qui, de son cöté, 1'idölatrait comme le plus noble représentant de la vraie religion.

Cette reconnaissance, M. Groen 1'a bien méritée par son entier dévouement a la cause qu'il avait embrassée. Nous n'écrivons pas un traité de politique dans ces pages, et nous ne prétendons pas ici juger la sienne. Ce que nous aimons a signaler dans cette étude purement psychologique, c'est le désintéressement et la persévéranc.e dont M. Groen a fait preuve toute sa vie par rapport a ce qui pour lui